4268896468_9befb04ca0_z

Comment gérer sa pagination pour le SEO ?

La pagination a toujours soulevé beaucoup de questions d’un point de vue SEO. Faut-il laisser Google voir mes pages paginées, doit-il les indexer,… Il est difficile d’apporter une réponse globale, tout dépend de la structure de votre site et bien sur, comme souvent en SEO, il n’ a pas de règle absolue.

Bref si vous cherchez une réponse toute faite, passez votre chemin, par contre si vous cherchez des pistes pour faire murir votre reflexion sur ce sujet, cet article est fait pour vous.

L’objectif de la pagination d’un point de vue SEO

L’objectif principal de la pagination est de permettre aux internautes et au crawler de découvrir tous les contenus du site. Si un contenu ne reçoit aucun lien, il ne fera plus de trafic et ne sera plus crawlé.

La pagination permet également de limiter la volumétrie de contenu sur les pages listes : Sur de gros sites, il est impensable d’afficher tous les items (produits, articles,…) dans une page de liste.

Inconvénients

Si vous avez beaucoup d’items et peu de catégories, vous risquez d’avoir beaucoup de page de pagination. Côté SEO ça peut représenter une grosse part du crawl pour des urls qui ne généreront jamais de trafic moteur. C’est donc un point de vigilance à avoir.

Si vous utilisez un analyseur de logs, je vous encourage à identifier le budget de crawl dépensé par Google pour visiter toutes ces pages.

Optimiser sa pagination

La pagination a donc des avantages et des inconvénients. Comme je le disais en introduction, il n’y a pas de règle absolue, à vous d’analyser votre site de d’identifier les axes d’optimisations.

Voici quelques pistes qui peuvent vous aider dans ce sens :

Augmenter le nombre de contenus par page

Pour restreindre le nombre d’url paginées, vous pouvez augmenter le nombre d’items affichés sur les pages de listes. Certains gros sites ecommerce proposent jusqu’à 100 produits par page. A vous de trouver la valeur cohérente pour votre site.

Voici les paramètres à prendre en compte :

  • Le nombre de contenus sur votre site
  • La profondeur de vos contenus
  • Le nombre de chemins pour accéder à un contenu

Ici l’impact est immédiat, plus il y a de produit par page. Moins vous aurez de page liste.

Ne montrer à Google que les X premières pages

Vous pouvez laisser Google découvrir les 10 premières pages de pagination et gérer les suivante avec de l’AJAX. Ce qui vous permettra de rendre visible les pages pour les utilisateurs tout en évitant que GoogleBot ne découvre trop de pages.

L’infinite scroll peut également être une piste pour ce type d’optimisations.

Attention : Ici il faut bien vérifier que toutes les contenus de votre sites restent crawlables. Je vous recommande de croiser la liste des urls de vos contenu avec un crawl que vous aurez lancé. Tous vos contenus doivent encore être crawlés après votre mise à jour.

Optimiser la fonction de pagination

La plupart du temps le fonctions qui gèrent l’affichage ne sont pas très optimisées : L’objectif étant de permettre à Google de découvrir toutes les urls de votre site en visitant un minimum de pages.

Les paginations du type 1 / 2 / 3 /….. / 50 sont à proscrire.

L’idée est plutôt d’arriver à quelque chose du style :

1 / 2 / 3 / 4 / 5 / ……. / 10 / 20 / 30 / 40 / 50

Lorsque Google ira voir la page 10, il verra la pagination suivante

6 / 7 /8 /9 /10 / 11 /12 /13 /14 /15 /…..

En 3 clics, vous accédez à n’importe quel fiche produit…. C’est très partique pour réduire la profondeur de vos pages.

Balisage de la pagination : prev next

Ce balisage a pour objectif de faire comprendre à Google que vos pages paginées sont une extension de la première page. Avant il cherchait à déterminer cela tout seul avec les erreurs que ça induit.

Facilitez lui la tache, en le faisant pour lui, cela vous évitera de voir indexer des pages paginées.

Optimiser les titres et méta descriptions

Il faut faire figurer les infos de pagination dans les title et meta descriptions. En effet, Google n’aime pas avoir plusieurs page avec le même titre (ça lève des erreurs dans Google Webmaster Tools).

Ca n’aura pas forcément d’impact fort pour votre référencement, car Google est censé comprendre qu’il s’agit de pagination, mais cela permettra d’éviter de voir remonter des erreurs sur vos crawlers ainsi que dans Google Webmaster tools.

Astuce : il suffit de placer le numéro de la page dans le titre et le tour est joué.

Utiliser le no index sur la pagination

Cette manipulation a pour objectif de faire baisser le crawl sur les page paginées. On ne veut pas les voir remonter sur Google, elles feraient concurrences à la P1.

Elle va aussi améliorer votre ratio : pages indexées / page visitées puis que vous allez retirer de l’index des pages qui ne génèrent aucune visites.

Attention : Je parle ici de noindex et pas de blocage de ces pages via le robots.txt. Avec le robots.txt l’impact serait complétement différent car Google ne pourrait plus visiter les pages paginées et ne pourrait donc pas connaitres les items « linkées » dans ces pages.

Infinite scroll

Cette technique est à la mode mais peut avoir un impact négatif sur votre SEO si elle est mal implémentée. Elle ne pose aucun soucis si la contrainte SEO a été gérée en amont.

Le principe est le suivant : L’intenaute ne doit plus voir les P+, le contenu s’affiche automatiquement lorsque l’internaute scrolle.

Par contre il faut une navigation alternative pour que Google puisse voir la pagination. En gros l’idée n’est pas de remplacer la pagination classique par de l’infinite scroll mais de combiner les 2.

Voici un très bon exemple : http://scrollsample.appspot.com/items

Ce type d’évolution n’aura pas d’impact positif en SEO. Je vous conseille donc de l’implémenter uniquement pour des questions d’expérience utilisateur.

 

14 réflexions au sujet de « Comment gérer sa pagination pour le SEO ? »

  1. Merci pour ce billet fort intéressant. Je ne connaissais pas le dernier point (combiner l’infinite scroll et la pagination). On a toujours dit du mal de l’infinite scroll pour le SEO mais là, avec cette techno, je suis bluffé. Cela peut être payant en terme d’expérience utilisateur et surtout pour le mobile. L’internaute préférera scroller uniquement plutôt que cliquer et attendre le chargement d’une énième page pour ensuite encore scroller et recommencer etc…

  2. Au delà des questions techniques classiques de la pagination, tu as raison de soulever la question du crawl. Mais là, ça devient complexe à gérer puis à mettre en place. Optimiser le crawl à ce niveau et une galère et un travail de fourmi. Le risque à mesurer est aussi de rendre moins crawlable des produits (e-commerce) avec les conséquences qu’il peut en découler. Ensuite, pour la mise en place, inventer des règles différentes selon les catégories peut être fastidieux.

    Bref, il faut bien calibrer le tout quand on veut travailler là dessus entre l’intérêt et le risque.

    1. Tu as raison, tout dépend de l’enjeu, du volume de produits.

      Le jeu n’en vaut pas toujours la chandelle. Mais sur de gros sites ça peut être intéressant. Il faut analyser les logs pour déterminer si c’est un axe de progrès.

  3. Merci pour ces explications très précises. Et que conseillez-vous quant à l’usage de la balise canonical dans les pages de pagination ?

    Merci

    1. Google préconise les balises prev next plutôt que la canonical

      Tu peux aussi mettre ta pagination en no index

  4. Ton exposé de la problématique est limpide.
    De mon côté, ce qui m’étonne toujours est que les choix sont souvent conditionnés par les pratiques du leader de la thématique, au lieu de se reposer sur les fondamentaux à ajuster en fonction des contraintes techniques et priorités marketing de son propre projet.
    La pagination devient de plus en plus problématique, alors qu’on s’en sortait très bien il n’y a pas si longtemps.
    Au final, on ausculte des sites qui se référencent trop bien et n’importe comment. C’est un pivot à 180° par rapport à mes débuts où il fallait se creuser pour arriver seulement à indexer.

    1. On ne devient jamais leader a copier la leader, surtout si on copie sans réfléchir 😉

      Et puis en SEO, chaque site est unique et ce qui est bon pour l’un n’est pas forcément bon pour les autres.

      C’est ce qui fait le charme de notre métier 😉

  5. Bonjour Grégory,
    Et merci pour ton partage d’expérience.
    Je suis webmaster , blogueur pro et passionné par le référencement, j’ai une question dont je n’ai pas trouvé réponse sur le web.
    Peut-on optimiser les pages de l’extension Buddypress ou autre extension pour communauté?
    Quand on à de nombreux membres dans une communauté, les pages générées par chacun peuvent-elles êtres bénéfiques pour le seo.
    Je suis comme vous, j’aime partager mes connaissances et j’ai la chance d’avoir plus de 18600 abonnés à ma newsletter

    Au plaisir de vous lire, Philippe

    1. @Philippe : salut, désolé, je n’ai pas encore testé Buddypress ;-(

      En gros la question à se poser, c’est de savoir sur quel mot clés sont « élligibles » les pages crées par les internautes.

      Si elle peuvent répondre à des mots clés et que le contenu est unique. C’est bon. Mais parfois, ça n’est pas le cas…

  6. Bonjour Grégory,

    Que pensez-vous de l’utilisation de la balise canonical pour empêcher l’indexation des pages suivantes d’une pagination ?

    J’utilise cette méthode pour les sites de mes clients, en plus des balises link prev et next.

    Merci de votre retour.

    1. Bonjour,

      Normalement les balises link prev / next suffisent. Tu peux également mettre les pages en noindex.

  7. Salut Gregory,

    Une astuce qui est utile aussi c’est d’ouvrir les paginations uniquement sur tes catégories les plus basses, afin de na pas ouvrir trop de paginations à des niveaux trop hauts.

    Pour le noindex dans les paginations, ca fera baisser le crawl sur les paginations Ok et ca permettra de retirer de l’index des pages qui n’ont pas d’objectif de positionnement, mais si le crawl des produits du site tient surtout grâce aux paginations, est ce qui il n’y a pas un risque de faire baisser le taux de crawl de tes produits? Le noindex peut être une solution si on constate que Google passe vraiment trop de temps sur les paginations et si par ailleurs le site est suffisamment bien catégorisé et bien maillé pour permettre un bon crawl des produits. Mais comme tu dis, il n’y pas de règle absolu en SEO, c’est à adapter en fonction de chaque cas.

    1. Salut Serge,

      En fait je pense que ça dépend du signal que tu essaies d’envoyer à Google. J’aime bien l’idée de lui macher le travail en mettant en noindex les pages qui n’ont pas de raison de remonter dans les SERPS. Je me dis que c’est un signal de qualité.

      Mais ta solution est peut être plus pertinente dans le cas où tu as des soucis à indexer des produits. Tout dépend du nombre de points d’entrée vers tes fiches produits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *