6290270129_74eef94d8f_z

Recruter un SEO

Pas toujours évident de recruter un SEO, il n’existe pas vraiment d’écoles ou de cursus, et les profils sont souvent hétéroclites. Voici quelques pistes pour débusquer les bons candidats.

Ce weekend j’ai lu un article très intéressant sur l’absence de vrai cursus d’apprentissage du SEO. Face à ce manque, il est indispensable de s’adapter pour mener à bien le recrutement des talents que vous recherchez.

Recruter un junior

Difficile d’évaluer le potentiel d’un candidat junior car par définition, il n’a pas d’expérience. Pour ce type de profils je cherche à déterminer :

  • Son intérêt pour le SEO et pour le web
  • Sa curiosité
  • Sa capacité d’apprentissage
  • Ce qu’il a déjà fait s’apparentant à du SEO

Son intérêt

Pour moi c’est primordial : le SEO, c’est un monde de passionnés, il est hors de question de recruter un candidat qui n’est pas intéressé.

Voici quelques questions types :

  • Qu’aimez vous dans le SEO ?
  • Quel poste envisagez vous d’occuper dans 5 ans ?
  • ….

Sa curiosité

Les règles évoluent régulièrement, il faut donc se tenir à jour et faire de la veille.

Les questions type :

  • Lisez vous des blogs SEO ?
  • Possédez vous un compte twitter ?
  • Quels experts SEO suivez vous ?

Vous pouvez également essayer de voir s’il s’intéresse au web de manière générale (Web Analytics, développement Web, Conversion, UX, Réseaux sociaux,…).

Sa capacité d’apprentissage

Ici il est plutôt question de feeling, vous devez essayer de sentir pendant l’entretien, si le candidat a déjà été confronté à des situations nouvelles lors de ses stages, et s’il est capable de s’adapter à ces nouvelles configurations. Si vous tombez sur un candidat qui sera paniqué à chaque modification d’algorithme : C’est mort…

Ses expériences personnelles

J’aime les candidats qui ont déjà bidouillé un peu. En 2015, c’est facile de créer un blog ou un site. Si on souhaite travailler dans le SEO, on n’a aucune excuse pour ne pas avoir lancé un ou plusieurs sites.

Voici quelques autres questions :

  • Qu’est ce qui fait un bon SEO ?
  • Quels sont les critères principaux pour référencer un site sur Google ?
  • Qu’est ce qu’une page active ?
  • Qu’est ce qu’un backlink ?
  • Qu’est ce qu’un microformat ?
  • ….

Recruter un senior

Trouver des candidats

Les profils sénior sont rares et donc difficiles à recruter. Vous pouvez commencer votre recherche en publiant des offres sur l’Apec, indeed, monster et les autres. Mais c’est aléatoire, vous pourrez vous retrouver avec un grand nombre de CVs à traiter ou très peu ;-(.

Vous pouvez également communiquer auprès de votre réseau, cela vous permettra de recevoir des candidatures ciblées. Ici Twitter, Viadeo et linkedin peuvent devenir votre meilleur ami 😉 Combien de fois ai-je été démarché via ces sites….

Enfin vous pouvez passer par des chasseurs de têtes, pour faire le tri et débusquer les bon candidats.

Identifier son expertise

Personnellement j’aime bien auditer les sites sur lesquels ont travaillé les candidats. Si les sites montent, c’est plutôt bon signe, s’ils baissent, c’est un point de vigilance à avoir…

Mais plus que les performances, c’est une bonne manière de discuter pendant l’entretien. En parlant des hausses et des baisses subies par un site, cela vous permettra de jauger votre candidat, de voir s’il sait de quoi il parle. Et pourquoi pas d’en apprendre sur des stratégies qui fonctionnent.

Autre point de contrôle, intéressez vous aux outils utilisés par le candidat, cela vous permettra d’évaluer son champ d’expertise. S’il n’utilise pas d’outil d’analyse de backlinks, il y a peut être un souci. A l’inverse s’il est rodé au outils d’analyse de logs, ça peut être un point positif

Séduire les candidats

Si les profils sont rares, il va falloir apprendre à séduire les candidats leur donner envie de vous rejoindre, n’hésitez pas à présenter votre boîte, à mettre en avant votre projet d’entreprise, vos objectifs, à montrer l’importance qu’à le SEO pour vous ainsi les outils et les moyens dont vous disposez,…

N’hésitez pas si vous avez d’autres astuces pour recruter.

 

Crédits : photologue_np

24 réflexions au sujet de « Recruter un SEO »

  1. Je suis très souvent confronté au recrutement et tes critères sont totalement en adéquation avec mes attentes. Le postulant doit montrer un intérêt pour le SEO, montrer qu’il s’informe et qu’il connait ses ressources et surtout avoir un site à montrer c’est la base pour moi.

    Nombreux sont ceux que j’ai vu qui n’ont même pas été en mesure de me citer Abondance ou WRI (après je prend aussi Axe Net, Laurent Bourrelly, AntoineLeroux :D, …). J’ai eu plusieurs fois l’impression d’être de la vieille école en voulant ces sites mais quand on me dit « Je fais ma veille SEO sur Twitter » ça me suffit pas …

    Enfin, le site web c’est souvent là que le bas blesse, mais bon comme tu dis : en 2015 on a tous les outils possible pour créer un site facilement… Et puis vouloir travailler dans le web sans rien pour prouver ses compétences je trouve ça toujours étonnant °_°

  2. A l’inverse, tu peux parfois être « sénior » et ne pas trouver d’offre dans ton coin paumé ^^
    En tout cas ça se tire bien la bourre chez Oxygem vos articles sont vraiment utiles et changent du sempiternel « faites du contenu épicétou / SEO is Dead / Le linking c’est tabou… » :)

  3. Hello,

    Pour revenir sur le com de Sylvain, aujourd’hui la plupart des offres de SEO se concentre sur la région Parisienne, je ne dis pas qu’il n’y en a pas en province mais ces postes sont souvent plus compliqué à obtenir 😉

    Et pour le recrutement d’un junior, ses propres tests sont primordiables je trouve, c’est comme ça qu’on avance et qu’on apprend -rapidement-.

    1. C’est vrai que c’est très inégal suivant les régions ;-( dans le nord il y a quelques offres qui tournent en ce moment chez oxygem et pictime notamment…

    2. C’est assez étrange cette répartition d’ailleurs. Dans les villes qui se détachent niveau offre, on a Paris bien sur, Roubaix (normal avec la zone franche), Rennes et Nantes, et un peu plus loin on trouve Lyon, Bordeau et Marseille.
      Mais alors le reste, c’est le néant. Souvent tu crées le poste de SEO dans la boite, et c’est une des (trop) nombreuses que tu dois adopter.

      Et encore en SEO ça va je trouve, parce que pour rejoindre les discussions récentes sur les écoles multimédia etc… Je trouve hallucinant de voir le contraste entre le prix sur le marché d’un Data Analyst ou d’un Trafic Manager et le nombre extrèmement restreint d’influenceurs/formations/sites de références sur ces sujets ou en tout cas la difficulté pour les trouver.

      1. il y a des offres ailleurs mais souvent elles sont reformulées en « hackeur de croissance », de ce fait c’est un besoin mal exprimé mais qui au final revient au même. Le but d’un référenceur c’est bel est bien de faire affluer du trafic qualifié sur un site web, ce n’est pas que « progresser sur google ».

    3. C’est assez étrange cette répartition d’ailleurs. Dans les villes qui se détachent niveau offre, on a Paris bien sur, Roubaix (normal avec la zone franche), Rennes et Nantes, et un peu plus loin on trouve Lyon, Bordeau et Marseille.
      Mais alors le reste, c’est le néant. Souvent tu crées le poste de SEO dans la boite, et c’est une des (trop) nombreuses casquettes que tu dois adopter.

      Et encore en SEO ça va je trouve, parce que pour rejoindre les discussions récentes sur les écoles multimédia etc… Je trouve hallucinant de voir le contraste entre le prix sur le marché d’un Data Analyst ou d’un Trafic Manager et le nombre extrèmement restreint d’influenceurs/formations/sites de références sur ces sujets ou en tout cas la difficulté pour les trouver.

  4. Tout à fait d’accord, le SEO requiert de la passion : il en faut une sacré dose afin d’être impliqué par un projet jusqu’à en devenir pertinent… et ce alors que les savoirs à maîtriser sont tant techniques que de l’ordre de la culture G…

    Par contre, pas d’accord : il existe une formation entièrement dédiée au SEO (le rêve), et ce depuis 6 à 8 ans maintenant. Petit indice : elle est à Mulhouse…

    1. Effectivement il existe la formation de Mulhouse mais c’est peu par rapport a la demande.

      Personnellement je connais pas mal de seo, je recrute des stagiaires chaque année et je n’ai jamais rencontré personne sortant de cette formation 😉

  5. En plus d’un audit des sites et des résultats de ses clients, j’ajouterais aux critères de recrutement d’un sénior, le positionnement de son propre site sur son marché…

    J’ai rédigé ceci sur le même sujet il y a un mois:
    comment recruter un consulatnt SEO

    En réaction aux commentaires:
    Le sujet de cet article est le recrutement donc la compétence du gars et non son lieu de travail.
    Quelle importance que le consultant soit a Lille, Lyon, Bordeaux? On travaille sur le web!

    J’ai des clients à 3 rues de chez moi, mais j’en ai à l’autre bout du canada, en Belgique, en Suisse, à Paris, dans l’Ain… Je travaille aussi avec plusieurs agences sur des dossiers ponctuellement…
    Il m’étonnerait fort que L.Bourelly n’ait que des clients d’Andorre…

    Par ailleurs, en janvier, je vais chaque année travailler depuis le Mexique où il fait 50 degrés de plus qu’à Montréal.
    Tant que les moyens de communications sont de qualité: courriels, tel , tel IP, Skype, Hang out etc .
    Il suffit d’être disponible et de respecter ses engagements, la clef c’est la confiance et la qualité du travail livré.
    Dans cette prestation typiquement web, on se fiche pas mal de rencontrer physiquement. Et ce que veut le client ce sont des résultats, ce que le recruteur veut c’est un gars compétent qui bosse.

    1. Désolé mais on ne parle pas du tout de la même chose. Ici on parle de SEO chez l’annonceur, chez de grands annonceurs d’ailleurs. Il y’a donc réellement un rapport entre le lieu ou tu vis, et le lieu ou tu bosses puisque les grands groupes font rarement dans le télétravail 😉

  6. Le métier de SEO est un travail de passionée je suis d’accord avec toi. Concernnant les formation il existe la licence référencement de Mulhouse qui est je crois le seul diplome SEO de France.

  7. La principale difficulté pour recruter un SEO, amha, c’est de ne pas se laisser embobiner… Les questions citées dans cet article sont toutes évidentes : suivez-vous des blogs ? sur twitter, quels sont les experts que vous suivez ? etc Tout ça ne prouve rien. Je peux réciter de tête une trentaine de blogs actifs en 2015 et encore plus de « noms » de SEO, black hats, white hat, etc… Et alors ça prouve quoi ? On est d’accord sur le fait qu’il suffit de trouver une liste « SEOs » et s’abonner à tous non ?
    Beaucoup de Twittos « suivent » les noms déjà cités, mais :
    > Quelle est la part d’erreur dans ce qui est dit ?
    > Quelle est la vraie information dans leur fil (de moins en moins) ?
    > Quel est le taux de second degré ou d’ironie contenus dans leurs tweets ?
    > Ce qui est raconté peut-il se vérifier ?
    Le SEO est un domaine qui a vraiment connu une mutation depuis les premiers filtres, depuis que ça devient un métier en fait, avec de *vrais* concurrents, des coups-bas comme partout ailleurs, des clients exigeants et difficiles à gérer, etc
    Quant aux outils, j’ai déjà exprimé mon point de vue aussi : est-ce que c’est parce que je suis capable de faire graph avec Gephi que je vais être embauché ? Même si je me plante complètement dans l’interprétation du visuel ?

    1. Je suis d’accord avec toi, la liste des SEO que tu connais et que tu suis ne préjuge pas de la qualité du candidat. Ce qu’on cherche ici c’est à faire un premier tri. Si la personne en face de moi, n’en connait pas ou très peu, qu’il ne va jamais sur Twitter, ou sur les blogs SEO. Je suis fixé.

      Ensuite c’est une manière que faire sortir l’entretien de son cadre habituel, tout le monde peut « pipoter » sur ses expériences, mais si tu commences à faire parler le candidat sur le dernier article SEO qu’il a lu, ce qu’il en a retenu, tu vas plus facilement pouvoir sentir s’il est compétent.

      Idem pour les outils, tu peux t’en servir pour faire le tri, demander au candidat comment il les utilise,… Que fais tu avec Gephi ? Qu’est ce que tu as pu identifier grace à ce type d’outil ? Là ça va être plus compliqué de vendre du rêve si tu ne maitrises pas vraiment l’outil 😉

      Après tu peux toujours imaginer une étude de cas, en demandant au candidat de réfléchir aux axes d’amélioration du site de ton choix. Ici aussi tu vas pouvoir juger du bien fondé des recommandations.

  8. Très bon article, merci ! C’est vrai que les profils expérimentés sont plutôt rares. Il reste quand même un problème, c’est que depuis quelques années, les « pseudo » expert SEO sortent de terre tous les jours… Pourtant, certains ne savent même pas ce que c’est le HTML5. Je trouve ça bizarre et frustrant même car ça dévalorise notre métier, qui demande quand même de longues années de pratique pour pourvoir prétendre le « maîtriser ».

    Un autre point que tu n’abordes pas, ce sont les salaires. En France, on a tendance à ne plus proposer de salaire et à laisser le candidat donner sa « fourchette » de rémunération. Donc généralement, les salaires sont à la baisse alors que dans les autres pays c’est l’inverse sur ce secteur. Le marché est complètement faussé en France par rapport aux US ou UK, et donc je pense que la majorité des « bons SEO » finiront soit par se mettre à leur compte, soit par chercher des postes à l’étranger.

  9. Merci pour cet article, excellent. De très bon conseils. En ce moment, c’est très compliqué de trouver un profil qui a de l’expérience, je trouve bcp de jeunes (qui veulent déjà 30K !) qui ont fait quelques stages mais sinon pas grand chose… si des voyages :)

  10. Amusant de se dire qu’on vient de twitter pour arriver sur ce post :-)
    Paradoxalement, je suis en recherche de poste SEO sur Paris mais pas moyen de trouver. Souvent occulté par des master fraichement sorti d’école, se vantant de moulte et moulte mérite sans avoir jamais touché à la Search Console par exemple (vécu dans ma boite).

    Quand je lis l’article, je me dis « mais Antoine, comment tu fais pour rien trouver… ». Profil atypique, mêlant l’enthousiasme d’un junior et les bon outils d’un senior… c’est là où je me rend compte de la déconnexion entre les deux…

  11. C’est un problème complexe. Les besoins sont très différents d’une boite à une autre.

    Et notre métier est très jeune, il y a encore de grosses boites qui sous estime le trafic que cela peut leur apporter…

    Cela explique pourquoi, les type de profils recherchés et les critères de recrutement sont hétérogènes.

    Personnellement, je pense que pour être bon il faut être passionné. Il suffit de voir l’activité des SEO sur Twitter le soir et le weekend pour s’en rendre compte. On peut être passionné par le site de sa boite ou par ses sites persos, peut importe. Mais ça doit ressortir en entretien.

    Bon courage pour ta recherche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *